Navigation | Les 4 Pièces du Puzzle

10 juin 2018

Grande action pour une loi contre les inégalités – Samedi 16 juin 2018 – Square Darcy – Dijon

Outlook-15202358832

 

Un collectif d’ONG

 

dont Oxfam Groupe Local Dijon, Attac, Ethique sur l’étiquette, ATD Quart Monde
organise une grande action pour demander une loi contre les inégalités.

 

Elle aura lieu au

Square Darcy à Dijon le samedi 16 juin de 14h à 18h. 

 

A cette occasion, sera présentée une scène de théâtre de rue :
« Mister Frick » à 15h, 15h30, 16h et 16h30

 

Affiche - Mister Frick 02

Par les4piecesdupuzzle le 10 juin, 2018 dans nos actions
Pas encore de commentaires

8 mai 2018

Marche du 6 mai 2018, sous un soleil radieux

Cette marche était inscrite comme un dernier entrainement avant le trailwaker oxfam des 26 et 27 mai 2018 qui aura lieu à Avallon.

Nous avions rendez-vous à Rémilly en Montagne à 9 heures pour parcourir 34 km. 8 équipes inscrites au trail étaient représentées avec en plus quelques personnes habituées à nos marches d’entrainement. Nous étions 20 personnes en tout venant entre autre de Tonnerre, Dôle, Avallon, Chalons sur Saône.

Nous sommes partis à 9H15 sur le chemin balisé dénommé « traversée des cinq vallées ». Le groupe restait assez groupé malgré les rythmes différents de chaque équipe. Entre Grenand et Vaux les Grenand, nous devions suivre la route départementale sur 400 mètres, et nous sommes tombés sur un barrage filtrant d’une course de voitures. Heureusement nous reprenions rapidement un sentier. Nous sommes arrivés à Barbirey sur Ouche à 10H30 et nous avons fait une première halte.

20180506_10584120180506_10584720180506_09372620180506_093744

Le groupe a alors commencé à s’étirer et à Saint Victor sur Ouche, un nouveau regroupement se faisait, d’autant que le balisage prenait 2 directions: une pour rejoindre Labussière sur Ouche par le canal et le second, plus agréable et techniquement plus intéressant qui contournait Comberainbeuf, haut lieu habité par l’écrivain Henri Vincenot où il est enterré. C’est  donc celui-là que nous avons emprunté.

Arrivés à Labussière sur Ouche, nous n’étions plus que 19 car l’un d’entre nous (que nous allions surnommer le maillot jaune puisqu’il était devant) ayant pris l’autre variante et, étant arrivé au moins 1 heure avant le gros du groupe, était repartis pour rejoindre son véhicule. Comme il était 13h30, Il étant temps de casser la croûte à l’ombre, au bord du canal, adossé à un muret notamment, on était bien, d’autant que nous avions fait le plus dure et fait plus de moitié du chemin.

20180506_13504220180506_135048

Malheureusement, nous avons retrouvé dès le redémarrage les voitures de courses. Eux, ils profitaient de la vitesse et du bruit des moteurs avec sans doute des frayeurs, et nous nous voulions profiter du chant des oiseaux , des odeurs de végétation en pleine de renaissance avec sans doute la fatigue de l’effort pour certains. A chacun sa passion.

Mais rapidement à la sortie de Labussière, un habitant nous a aimablement invité à traverser sa propriété pour rejoindre un sentier qui devait nous mener directement à Saint jean de boeuf . Nous entendions toujours les bruits de moteur mais de plus loin.

A Saint jean de boeuf,  nous étions presque sur le plateau et à cet endroit, c’était le seul où nous pouvions admirer la vallée de l’Ouche de l’autre côté. Nous avons alors été aidé par un habitant qui nous indiqua l’entrée du sentier. Celui ci était agréable à traverser avec des marches par endroit et longé de muret qui nous rappelait que l’homme bien des générations précédentes, avait fait de belles choses.

Un regroupement s’imposait sur le plateau pour rejoindre une longue ligne droite en terrain plat. Le groupe s’étirait alors entre ceux qui avaient un rythme soutenu et ceux qui avaient besoin de marcher à leur allure et moins vite.

Arrivé à Gissey sur Ouche, il n’y eu pas de regroupement, les premiers continuaient  sur une partie du chemin  indiqué par le plan et  les seconds préféraient aller au plus court par une petite route jusqu’à Agey puis par un sentier qui nous permettait rapidement d’avoir en point de mire l’église de Rémilly sur Ouche.

A l’arrivée, nous retrouvions le maillot jaune que nous n’avions pas revu depuis Barbirey, content d’avoir bien profité de cette journée mais peut-être plus sur la route. Ceux qui avaient eu le plus de difficultés n’étaient pour une fois pas les derniers à être arrivés et à 18h45 tous les véhicules avec les marcheurs étaient repartis .

20180506_184519

Au final, nous avons fait pour la plupart 34 km en 9h15, ce qui est

une belle performante surtout pour ceux qui n’avaient jamais marché sur une telle distance.

 

Par les4piecesdupuzzle le 8 mai, 2018 dans général
Pas encore de commentaires

19 février 2018

Marche de nuit du 16 Février 2018. Des contrastes, toujours de la bonne humeur et de bonnes surprises.

Nous étions 6 à partir de chez Aurélie à 20h30: Christophe, Emmanuel S, Jean-Philippe, Jean-Luc, Emmanuel D et Aurélie de l’équipe « OXFAM Addict » inscrite pour le wintertrail du 10 Mars 2018.

Il faisait en ce début de nuit relativement doux, pas de vent et par moment un ciel bien étoilé. Les petites montées du début nous faisaient même un peu transpirer.

Nous avons rejoint le GR7 et nous nous sommes vite trouvé sur un sentier en rupture de pente. Nous pouvions apprécier le calme de cette nuit et nous arrêter pour apprécier les lueurs au loin à travers les arbres mais aussi les sources qui ressortaient  près du sentier. On pouvait se dire à ce moment en regardant le ciel étoilé que c’était une nuit magique.

Nous sommes arrivés à 23h45 sur la RD971, à l’entrée de Darois. Nous avons d’abord été tous un peu étonné de voir un distributeur de pain sous un abris en bois. Comme nous avions décidé de  faire une pose à cet endroit ça tombait bien. Jean-Philippe a alors tenté de tester le distributeur sans trop y croire et qu’elle n’a pas été notre surprise au bout de quelques minutes de voir sortir un pain bien chaud que nous avons tous bien apprécié avec de bons fromages que nous avait amené Emmanuel. Nous avions tellement bien apprécié que Jean-Philippe a mis une deuxième pièce. Mais là le pain a mis beaucoup plus de temps pour se faire. Nous l’avons plus apprécié car il était encore plus chaud.

20180217_00143920180217_000130

 

Du coup nous sommes repartis  à 00h30. Nous n’étions plus que 4. Après avoir traversé Darois, nous avons retrouvé le sentier du GR7. Le ciel n’était plus étoilé et l’absence de lune conjugué au fait que nous étions dans une combe, c’était une nuit noir de noir.   Nous nous sommes arrêtés un moment à la source de la chênaie dont l’importance nous aurait presque donné envie de nous baigner à une autre saison. Nous avons continué dans cette combe et à la sortie du bois, nous avons commencé à sentir des gouttes de pluie qui nous faisait plutôt du bien.

Nous sommes arrivés à Etaules à 2h00. En fait nous avions évité de longer les balcons du Suzon, compte tenu du retard pris. Nous nous retrouvions donc dans le respect de notre timing. Nous avons fait une petite halte dans un abri communal et nous sommes repartis rapidement sous une pluie battante.

IMG_0556IMG_0561

Là encore nous avons été au plus court sur une route goudronné car les chemins grossièrement empierrés étaient difficilement praticables compte tenu de la boue. Nous avancions d’un bon pas, en évoquant nos chaussures pas assez étanches, nos épaules qui commençaient à être humides et nos bonnets trempés. Nous avions fait la moitié du trajet mais le moral n’était pas entamé.

Nous avons traversé Prenois comme une flèche en espérant que la pluie se calme. Nous avons fait la descente jusqu’à Velars un peu au radar, mais il devait être bon car nous suivions à peu près le chemin prévu. La pluie elle ne nous a pas lâché jusqu’à l’arrivée, quoique moins forte par moment.

A 6H30, nous étions chez Aurélie. Nous avons mangé des croissants. Au final nous avons fait 34 km en 10 heures.

Par les4piecesdupuzzle le 19 février, 2018 dans général
Pas encore de commentaires

25 novembre 2017

Théâtre du Puzzle « Les Nuits Agitées d’Edouard Lapoule » – 3 et 4 février 2018

Oyez ! Oyez Bonnes gens ! Qu’on se le dise !
Le Théâtre du Puzzle est de retour sur scène !
« Les nuits agitées d’Edouard Lapoule » animeront la salle polyvalente de Barges
(Canton de Gevrey-Chambertin)
les samedi 3 et dimanche 4 février 2018.
Plus d’informations à venir.
Nuits agitées d'Edouard Lapoule 12

Le Théâtre du Puzzle vous propose là une comédie loufoque et délirante sur les relations humaines. Derrière l’humour et l’apparence légère, Edouard Lapoule est aussi ce Monsieur Tout Le Monde qui ne sait pas trouver sa place dans le monde d’aujourd’hui. Au-delà de la caricature et de l’exagération, transparaît la vie sociale du XXIème avec ses rapports de pouvoir, ses mesquineries et le manque de reconnaissance dans une société à la recherche du profit. 

 

 

La comédie offre ainsi un support dynamique et réjouissant pour une histoire simplement humaine, on ne peut plus humaine

« Les Nuits agitées d’Edouard Lapoule » – un article du site du Théâtre du Puzzle.
Lien direct : https://theatredupuzzle.blog4ever.com/les-nuits-agitees-d-edouard-lapoule-bientot-sur-scene

Par les4piecesdupuzzle le 25 novembre, 2017 dans général
Pas encore de commentaires

12 novembre 2017

Nocturne de Velars à Chamerey et retour le 10 novembre 2017 : une marche mémorable

Nous étions 7 à partir de chez Aurélie le vendredi à 20 heures. Deux équipes inscrites au trailwaker 2018 et une équipe inscrite au wintertrail étaient  représentées.

Jean et Marité étaient présents pour nous encourager au départ.

La pluie nous accompagnait un peu mais elle devait être de plus en plus timide tout le long du trajet.

Nous devions longer le canal d’un côté pour passer sous l’auroroute au passage du GR 7 puis de l’autre côté pour rejoindre le début du Jean Sage.

Nous attaquions alors la principale difficulté. C’était une série de montées et de descentes assez raide et rendues glissante du fait de la pluie. Certaines zones rocheuses nous obligeaient à utiliser nos mains ou à descendre sur les fesses.

Mais la bonne ambiance animée par Aurélie nous a permis de passer agréablement cette  première partie. Nous étions devenus les sept nains affublés chacun des noms de chacun des personnages.

Nous sommes alors arrivés à mi pente et le vent assez faible amenait un peu de fraîcheur surtout en traversant un champ dans lequel on pouvait apercevoir le sommet du Mont-Afrique.

A la « fontaine Naizou » nous avons convenu de ne pas aller au sommet et de suivre les courbes de niveau pour rejoindre flavignerot en terrain stable et ainsi éviter une forte descente suivie d’une forte montée rendu encore plus difficile à faire en terrain glissant.

De Flavignerot, il nous restait à monter au col de la Toppe. C’était une montée assez raide mais courte. Ensuite, il nous restait qu’un faux plat pour arriver à la rente de Chamerey où nous sommes arrivés à 00h30

Resized_20171111_004724_5898Resized_20171111_010514_4377

Là, nous avons été accueilli par Dominique qui avait dressé une bonne table et préparé une excellente soupe chaude. Nous avons apprécié ce gîte situé en plein milieu de la forêt loin de tout et goûté à l’accueil de son propriétaire.

Après avoir profité de la soupe chaude, du Mont-Dore et de la gnôle, nous avons repris la marche par un sentier qui descendait à Clémencey. Nous y sommes arrivés à 3h00. Deux d’entre nous ont arrêté là leur marche et sont repartis dans le véhicule garé au préalable.

A cinq, nous avons continué sur un chemin empierré jusqu’à la ferme du Leuzeu. Nous avons fait une courte halte dans cette ferme chargée d’histoire et qui est en cours de restauration par une association de Fleurey.

Nous avons ensuite rejoint le GR7 qui était particulièrement bien balisé de banderoles qui avaient été mise à l’occasion du cross de la madone ayant lieu le 12 novembre.

Arrivé à Notre dame de Vélars, nous avons apprécié les lumières de Dijon d’un côté et celle de Fleurey de l’autre.

Il nous restait la descente sur Velars où nous sommes arrivés à 6h00. Le boulanger sur la place faisait son pain et nous a aimablement permis d’acheter des croissants bien chauds  et même offert un.

Nous sommes arrivés chez Aurélie à 6h30, marché 33 km et nous avons eu droit à un café avec les croissants avant de nous quitter.

Au final, c’est une marche très agréable qui restera dans les mémoires et qui donne envie d’être refaite dans d’autres circonstances ( ciel dégagé, levé de soleil à Notre Dame de Vélars….).

  

Par les4piecesdupuzzle le 12 novembre, 2017 dans général
Pas encore de commentaires

6 août 2017

Marche nocturne 4 août 2017.Une belle nuit des étoiles

Nous étions 9 au départ à 20h20. Emmanuel et Claire, Murielle et Erwan, une collègue d’Aurélie, Hervé, Emmanuel D, Aurélie et Jean-Luc.

Nous sommes partis rejoindre le GR7 sur les hauteurs de Velars pour avoir une belle vue sur Dijon et Talant. On pouvait apercevoir au loin des chevreuils courir dans les champs le long du bois.

La nuit commençait à arriver quand nous sommes rentrés vraiment dans les bois et suivre un sentier encore assez large. Nous avons ensuite retrouvé la route allant à Lantenay et nous pouvions alors admirer les lumières de l’autre côté de la vallée de l’ouche : Urcy, la ferme de Collonges….

Nous sommes alors rentré à nouveau dans les bois par un chemin d’abord creux puis de plus en plus étroit pour finir par être absent pendant une centaine de mètres. Enfin nous pouvions retrouver ce même chemin plus praticable.

Ensuite nous traversions une forêt résineuse et enfin nous nous retrouvions sur une vaste plaine de culture. Un agriculteur cultivant ses champs y était et devait être surpris de voir tant de petites lumières sortir du bois qui devait lui apparaître comme des  yeux bizarres de très grands cervidés. En tout cas, certains devaient être inquiet car un 4*4 est apparu pas loin de nous.

C’était le moment de faire une pose en bordure de bois et devant cette vaste plaine. Nous pouvions admirer allongés dans l’herbe le ciel étoilé et essayer de capter des étoiles filantes.

 

 

SONC4036

 

La température  encore bien douce ne nous incitait pas à repartir trop vite.

Nous avons alors traversé cette plaine le nez en l’air, la tête dans les étoiles et l’arrivée à Pasques est venu trop vite. Une voiture y était garé pour emmener 4 d’entre nous. Il était 23h30. Nous avions fait 12 km

Ensuite nous avons continué à parcourir cette plaine sur un chemin blanc tout droit. Nous sommes alors arrivés à l’ « abime du creux percé ». Nous pouvions regarder à la lampe le fond du trou et la falaise environnante qui est impressionnante. Nous avons après,  parcouru un sentier au milieu de bois plus clair car les arbres étaient de plus petites tailles du fait que nous nous trouvions au dessus de la falaise qui surplombe la « combe de Vaux de Roche ». Nous devions alors imaginer le danger de se trouver au pied d’une falaise car l’obscurité nous rendait insensible au vertige.

Comme nous devions descendre au fond de la combe, nous avons trouvé l’endroit le plus praticable: une descente faite d’éboulis de pierres qui nous obligeait à descendre sur les fesses. (A mon sens un endroit impossible à remonter par manque de prises).

Arrivés au fond de cette combe nous étions sur le sentier bouton d’or, très agréable à parcourir avec des anciens four à charbon.

Au bout de cette combe nous avons pris le GR2. Une bonne montée nous attendait, assez courte. pour atteindre le GR des 4 vallées. Nous pouvions alors surplomber la vallée du suzon avec la même sensation de perte de vertige et un peu d’inconscience.

Il nous restait alors une longue ligne droite d’abord en forêt et puis de retour dans la plaine.  Nous sommes arrivés à Prenois à 2h30.Nous avions fait 24 km.  Avant de laisser 2 d’entre nous, nous avons fait une bonne pose sur un banc au bord de l’étang sur la place centrale bien silencieuse.  Magique.

A trois nous avons continué et enfin quitté cette plaine et retrouvé dans les bois le GR 7. Nous avons surplombé une combe, moins vertigineuse que les 2 premières. Nous étions au dessus de Plombières et nous commencions à entendre les trains qui passaient en contrebas.

Comme nous voulions par le dessus de Velars nous avons traversé la domaniale de Plombières. A la sortie de la forêt, nous apercevions à 300 m le GR 7 à l’endroit où nous l’avions emprunté à l’allée. Les chouettes nous accompagnaient de leur cri.

Mais surtout nous sentions que le jour arrivait. La lueur nous l’annonçait mais pas les oiseaux dont le chant était plutôt timide. Sans doute sentaient-il que le temps changeait car le ciel était chargé. Nous avons goûté à l’arrivée du jour en nous allongeant à cet endroit en bordure de forêt. Encore un moment magique.

A 6h15, nous sommes repartis pour la dernière ligne droite. nous apercevions les lueurs du soleil.

20170805_064224

 

Enfin, après avoir traversé une dernière zone boisée, nous apercevions Velars et l’appartement d’Aurélie.

Nous avons donc 36 km

Nous  avons terminé autour de croissants, de café et de jus d’orange, sans trop de fatigue finalement, peut-être parce que nous commençons avec l’habitude de ces marches nocturnes à encore mieux goûter à la magie du petit matin.

 

 

 

Par les4piecesdupuzzle le 6 août, 2017 dans général
Pas encore de commentaires

1 juin 2017

TRAILWAKER OXFAM 2017 Témoignage d’un bénévole marcheur et supporter

En étant à ma 3e année en tant que bénévole après avoir marché les 3 années précédentes, cette année j’ai un peu tout cumulé.

En fait , j’étais un peu partagé entre supporter une équipe (les Corps sers!) – mais aussi d’autres – et  être bénévole puisque je savais que les organisateurs en avaient besoin.

Alors j’ai pas choisi j’ai fait les deux…. Mais j’ai aussi marcher 45 km.

Ma mission de bénévole commençait le samedi matin comme marcheur de cloture du départ au PC1. Nous étions deux et nous devions attendre que la dernière équipe parte après 8h30.

Je dois dire pour avoir été marcheur de cloture les deux années précédentes (voir récits de mon expéience de 2015) que cette expérience là n’avait rien à avoir avec les deux autres.

Nous prenions possession de nos GPS après le départ et ensuite nous devions attendre que la dernière équipe ait fini son petit déjeuner, se prépare tranquillement avant de se mettre en marche

un bon quart d’heure après que les autres soient partis.

Le problème c’est que nous devions les suivre en gardant nos distances, mais ils allaient plus vite que nous. Alors on a fini par les perdre de vue et nous avons essayer de ne pas nous perdre dans le dédalle des rues d’Avallon.

Dès que nous sommes sortis de la ville, nous avons quand même réussis à voir au loin un bon groupe d’équipes. Mais rapidement nous les avons perdus de vue. En fait nous discutions pas mal et il nous semblait pas nécessaire de nous préoccuper des derniers qui ne semblaient pas du tout au bord du cahot.

De temps en temps nous retrouvions une équipe qui était arrêtée (c’était jamais la même). Nous l’attendions et dès que nous repartions après qu’elle ait pris un peu d’avance, discussion faisant, nous les perdions de vue .

A un moment nous avons eu un doute sur la direction à prendre car il y avait un virage dans une descente alors que nous étions tenté d’aller tout droit. Quelqu’un qui passait nous a indiqué le bon chemin et nous avons retrouvé le balisage.

Mais la surprise est venue rapidement quand une équipe est arrivée derrière nous. Ils s’étaient trompés à cet endroit. nous avions faillis une première fois à notre mission….

Et ce qui devait arriver arriva, sans équipe en point de mire et discutant  pas mal sans trop regarder le balisage, nous avons pris un autre chemin. on a bien fait 500mètres en plus.

Quand nous avons retrouvé le balisage le dilemme pour nous était de savoir si nous devions retourner en arrière pour retrouver d’éventuels équipes, attendre un peu, ou continuer en se disant que toutes les équipes étaient passées. Nous avons choisi la dernière solution, avec un peu de scrupule quand même , mais pas trop….

Nous avons fini le tronçon un peu comme nous l’avions commencé. Sans marcheurs devant nous, en discutant mais quand même en étant plus attentif sur l’itinéraire à prendre.

En arrivant au PC1, nous avons laissé nos GPS aux marcheurs de cloture suivant qui eux devaient relayer le PC1 au PC2. Nous avons rendu compte à notre chef d’équipe de nos petites mésaventures. Apparemment , à l’heure où j’écris ces lignes, aucune équipe du trailwaker n’a été retrouvée perdue dans le Morvan. On aurait donc finalement rempli notre mission.

La mission suivante qui nous incombait était la fermeture du PC1. Nous l’avons d’ailleurs fait sous la pluie.

Nous avions alors une longue période de repos au gymnase avant de reprendre notre mission à 21h00 à l’arrivée à Avallon. Les premiers étant annoncé pour 22 h00 nous devions tout installer: l’enregistrement, le dernier ravitaillement, la sono, le podium. Tout ceci fut fait assez vite et sans précipitation.

A l’arrivée de la première équipe – en retard quand même d’une demi-heure sur celle annoncée – Tout était prêt. Nous leur avons fait une ovation dans la nuit, ils n’ont pas eu envie de se restaurer, comme la plupart des suivants d’ailleurs, ils ont pris rapidement leurs médailles et sont partis se coucher.

Les suivants sont arrivés une petite heure plus tard. J’ai eu l’idée d’aller à leur rencontre et mal m’en a pris car j’ai dû courir derrière eux pour les suivre. Je crois que ce sont eux qui ont dit qu’ils se sentaient prêt à refaire la même chose dans l’autre sens.

La nuit a été un peu longue car seulement 13 ou 14 équipes je crois étaient arrivées au lever du jour. J’ai fait parti de ceux qui ont sorti les médailles de leur emballage pour les attacher par quatre. Cela n’a pas l’air mais ça nous a bien occupé la nuit.

A  7h30,  je suis partis à la rencontre de l’équipe des « Corps Sers! ». J’ai donc rejoint le PC7 en 3/4 d’heure (en prenant un peu des raccourcis). Je dois dire que j’avais un peu des fourmis dans les jambes d’autant qu’il faisait froid.

Du  PC7,  je suis partis tranquillement vers le PC6. J’ai croisé je crois une bonne partie des équipes arrivées. Je faisais un petit coucou à chacun, des encouragements à ceux qui peinaient. Mais je dois avouer que même à ce stade du trail, les mines étaient toujours réjouies malgré les difficultées.

J’ai retrouvé « les Corps sers! » au 85e kilomètre de l’arrivée. J’ai donc fini avec eux avec la sensation de vivre leur  bonheur  de réussir l’exploit  mais sans sentir la même fatigue. Encore que…..

L’arrivée a été telle que je l’avais connue en 2014 (voir récits précédents) sous le soleil (on devrait le commander tous les ans pour l’arrivée) . Une bonne ambiance festive pour bien terminer ce grand moment.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par les4piecesdupuzzle le 1 juin, 2017 dans général
Pas encore de commentaires

31 mai 2017

Bientôt sur cette page le récit de l’expérience dun bénévole du trailwaker oxfam 2017

Par les4piecesdupuzzle le 31 mai, 2017 dans général
Pas encore de commentaires

7 mai 2017

Randonnée des 5 Vallées – Préparation au Trailwalker 2017

Depuis plusieurs années, les membres d’OXFAM 21 (Groupe Local Dijon) proposent des randos de préparation pour le trailwalker d’Oxfam France à Avallon.

Cette année n’a pas dérogé à la règle.

 

En plus d’aider les équipes inscrites à se préparer, c’est aussi une manière de faire connaître Oxfam par ses militants, permettant ainsi de mieux s’approcher des objectifs de l’ONG au-delà du trailwalker, savoir à quoi va servir l’argent récupéré par les équipes, le comment et le pourquoi de toute cette organisation qui dépasse très largement le défi sportif proposé en Bourgogne.

De plus, c’est dans un état d’esprit de convivialité que se déroulent ces randos d’entraînement à l’image de ce qu’est Oxfam dans son approche humaniste du monde.

 

 

Images Rando des 5 Vallées - Avril 2017 - 00

Plusieurs membres du Groupe Local Oxfam-Dijon ont donc organisé une grande randonnée de préparation pour le Trailwalker d’Oxfam à Avallon les 20 et 21 mai prochains.

Cette randonnée de préparation couvrait une distance de 42 km entre Val Suzon et La Bussière sur Ouche.

 

34 personnes issues de 7 à 8 équipes inscrites pour le trail y ont participé. La plupart ont été ravies de cette grande virée sous le soleil.

 

De belles images d’un monde convivial et solidaire…

 

 

Voici quelques clichés de cette randonnée 

Par les4piecesdupuzzle le 7 mai, 2017 dans nos actions
Pas encore de commentaires

7 mars 2017

Le wintertrail 2017, une équipe dijonnaise l’a fait !

 

imagedefault1-01

Nous sommes tous les quatre des anciens marcheurs ayant participé chacun à plusieurs trailwalkers à Avallon. David, Aurélie, Paul et Jean-Luc avons pris le départ à Chatel « Plaine Dranse ». Notre équipe « ensemble, aidons! » portait fièrement le n°21, soit la côte d »Or (un pur hazard dû au rang d’inscription de l’équipe) et à priori les seuls représentant de Côte d’Or et même de Bourgogne. Nous étions équipés d’un Kit ARVA (matériel destiné à se secourir en cas d’avalanche) et de raquettes.

 

Jean-Luc et Aurélie deux des randonneurs en selfie avec Alain et Claire, deux bénévoles

Jean-Luc et Aurélie deux des randonneurs en selfie avec Alain et Claire, deux bénévoles

 

Le premier  des 8 tronçons était relativement facile, tout en descente (difficulté 1), en zone entièrement enneigée. Nous pouvions dès lors profiter de la belle vue, d’autant que le soleil était de la partie. Les raquettes au pied, nous descendions tout en nous amusant et discutant avec les autres membres d’équipes. Une super ambiance en chanson et en musique.

Le premier PC au lac des Plagnes était vite atteint et nous sommes repartis après 10 minutes d’arrêt sans les raquettes car la neige était plus rare. Nous avons attaqué la première montée qui était relativement courte. La descente vers Abondance était relativement glissante et enneigée, avec des mélanges de glaces, de boue et de neige. Certains se sont même essayé à faire de la luge avec leur pelle ARVA.  Nous sommes arrivés au gymnase d’Abondance pour une pause casse croûte. Emmanuel était là pour nous apporter tout ce que nous avions besoin.

Le troisième tronçon était entièrement dans la vallée et la pluie nous a accompagné tout le long. Nous couvrir de nos imperméables avec les raquettes sur le dos (car bien sûr il n’y avait pas de neige au sol) était assez compliqué. Nous sommes arrivés à la Chapelle d’Abondance accueillis par Jean , Marité et Bernard.

Une courte pause et nous attaquions le quatrième tronçon à difficulté 3. Assez rapidement, nous retrouvions le sol enneigé et certains mettaient les raquettes. La pluie était incessante sur une courte montée  et enfin au sommet, la pluie se transformait en neige. Une descente nous permettait de récupérer. La neige s’était retransformé en pluie et le sol était moins enneigé. Néanmoins, les raquettes étaient appréciables dans la descente car elles accrochaient au sol. En plus, comme il y avait de la boue, les raquettes évitaient qu’on enfonce nos chaussures dans le sol et elles restaient sèches. Nous sommes arrivés de nuit au PC 4 et bien trempés. Nous avons bien profité de la soupe offerte par Claire, Martine et Alain. Le reste de la nourriture était la même que ce que nous avions déjà eu auparavant et nous commencions à en être « gavé ».

Nous savions que la plus grande difficulté nous attendait, « l’Everest » de niveau 4 sous la neige qui tombait drue dès le départ. C’était une montée incessante sur 2 km, quelquefois à la limite de l’escalade qui pouvait faire penser à certains tronçons du sentier Battier mais dans de pires conditions. Ce sont des moments où on se demande pourquoi on est là à en baver à grimper sous la neige alors qu’on pourrait être bien au chaud sous la couette. Le moral baissait pour tout le monde. Nous étions plusieurs équipes à se suivre dans le silence. Nous avions bien baissé l’allure mais personne ne nous doublait. Nous regardions désespérément le sommet pour guetter une amorce de descente. En plus il faut bien dire que le repas chaud qui nous attendait au PC suivant, il nous aurait mieux profité avant. Enfin c’était la descente en Suisse.

Peut être du fait de l’heure tardive pour certains ou alors d’une trop grande fatigue pour d’autres, ou les deux, toujours est-il que le repas chaud n’était pas apprécié pareillement pour tout le monde. Pourtant il fallait bien reprendre des forces et retrouver l’énergie pour continuer.

 

bannierre1-76

 

L’étape suivante nous ramenait dans la vallée de l’Abondance au terme d’une longue descente  qui nous permettait de nous économiser en avançant tranquillement, ou tout du moins en respectant le rythme de chacun. En plus, la dernière partie était un retour sur nos pas et donc nous savions ce qu’il nous restait à faire, et cela était bon pour le moral.

Au PC6, nous retrouvions Claire puisque c’était le même PC que le 4.. Nous pouvions reprendre des soupes, nous soulager les pieds, le dos, les jambes. Le nombre de marcheurs était bien moins nombreux qu’au PC 4, ce qui nous faisait penser que nous étions dans les derniers. Pourtant, nous étions sereins car nous respections largement notre timing.

Nous repartions toujours dans la nuit et aussi la neige qui n’avait pas cessé de tomber. Nous étions en surplomb de la vallée, nous connaissions le chemin car nous l’avions déjà emprunté entre le PC 3 et le PC 4, tout du moins pour une partie, et c’était donc plutôt rassurant. En plus c’était le plat tout le long.

Le PC 7 était vite arrivé. Nous avions beaucoup d’avance sur le timing mais le nombre de marcheurs était réduit. Nous voulions profiter de ce dernier PC pour nous soulager: manger, se faire masser ….

Nous sommes partis pour la dernière étape, de jour. La neige continuait à tomber, mais plus faiblement. Nous devions amorcer une longue montée, ensuite un léger plat, et pour finir une descente abrupte. Pour ménager chacun des membres de l’équipe, nous marchions chacun à notre rythme par groupe de deux.

Cette dernière étape pouvait apparaître avec un état d’esprit différent en fonction de l’état de chacun. Soit euphorique et soulagé de savoir qu’on finirait, soit un calvaire si certaines douleurs se faisaient de plus  en plus marquées. Pour nous aider, la neige cessait de tomber.

Nous avons d’abord été rejoint par Emmanuel, puis nous avons vu Claire, Martine, Jean, Maritée et Bernard à la fin de la descente. Ce fut ensuite l’arrivée triomphale à 4 à 11h45, soit 3/4 d’heure avant les derniers mais 2h30 avant la limite des 30 heures.

Une belle réussite, dans la douleur pour certains, le doute à certains moments, mais l’essentiel est que nous sommes parvenus à bout des difficultés. Cela nous laissera au final un bon souvenir à chacun.

 

les héros

 Photos des randonneurs par Bernard Durupt

 

Egalement la vidéo du Wintertrail

Lien direct :  Oxfam Wintertrail 2017 – Vallée d’Abondance

 

 

Par les4piecesdupuzzle le 7 mars, 2017 dans général
1 commentaire

12345...13

Archives

10 plus commentés

10 derniers articles

Alfredogloydk |
Vloclubtilffois |
BIZANET RANDO |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Terrains de paintball zuytp...
| Lespassynulsqueca
| Epsvirgile